Mballa Elanga Edmond VII-Université de Douala-Dpt. de Sociologie-BP 34 923-Email : elangaseven@yahoo.fr (00237) 677 82 11 90

12 octobre 2017

APPEL A CONTRIBUTIONS AU PROJET D’OUVRAGE COLLECTIF: LES ENJEUX DU FÉDÉRALISME AU CAMEROUN AU 21EME SIÈCLE

APPEL A CONTRIBUTIONS AU PROJET D’OUVRAGE COLLECTIF: LES ENJEUX DU FÉDÉRALISME AU CAMEROUN AU 21EME SIÈCLE
Editeurs: Ludovic Lado (Georgetown University, USA) et Mballa Elanga Edmond VII (Université de Douala, Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales d’Afrique Centrale-Cameroun)
________________________________________
ARGUMENTAIRE
Le débat sur le fédéralisme ne date pas de la dernière résurgence du « problème anglophone » au Cameroun Septembre 2016. Il est présent sur la scène politique Camerounaise depuis le passage de la République Fédérale du Cameroun à la République Unie du Cameroun en 1972 et est suscité essentiellement par des élites des deux régions anglophones du Cameroun, celles du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, qui à plusieurs reprises ont critiqué les tendances assimilationnistes et la dérive centralisatrice de l’Etat unitaire. Déjà, dès la restauration du multipartisme au Cameroun en 1990, le principal parti d’opposition, le Social Democratic Front (SDF), sorti des entrailles de la région du Nord- Ouest dans le cadre du vent de démocratisation de la fin des années 1980s, inscrivait la lutte pour le retour au fédéralisme dans son projet de société. Par la suite, au cours de la Tripartite de 1991 et des rendez-vous de All Anglophone Conference (AAC) de 1993 et 1994, une élite anglophone influente des deux régions plaidera de nouveau pour le retour au Fédéralisme qui a constitué la première forme de l’Etat au Cameroun après les indépendances en 1960 pour le Cameroun oriental et en 1961 pour le Cameroun occidental. Mais en lieu et place du fédéralisme, c’est plutôt la décentralisation du système de gouvernance Cameroun, qui sera privilégié. La loi no 96/06 du 18 janvier 1996 portant révision de la constitution du 2 juin 1972 créé une deuxième catégorie de collectivité territoriale décentralisée : la Région. Cette loi précise que « La République du Cameroun est un Etat unitaire décentralisé ». Cependant, depuis 1996, les lois sur la décentralisation n’ont pratiquement pas été mises œuvre.
Les revendications fédéralistes des Camerounais anglophones ont toujours polarisé l’opinion publique Camerounaise et ce d’autant plus qu’elles ont souvent été, à tort ou à raison, assimilés par les deux régimes successifs du Cameroun à une velléité de sécession entretenue par une frange minoritaire mais grandissante des deux régions anglophones. L’opinion publique Camerounaise est aujourd’hui fragmentée sur la question de la solution la plus adaptée au « problème anglophone » qui ne fait pas l’unanimité : des unitaristes qui défendent le statu quo de l’Etat unitaire centralisé, des unitaristes qui sont pour l’Etat unitaire mais décentralisé tel que prévu par la constitution, les partisans du fédéralisme à deux ou plusieurs Etats, et enfin les séparatistes. Pour certains d’ailleurs, d’ailleurs qui nient continuent à nier l’existence d’un « problème anglophone » au Cameroun, il convient de parler plutôt du problème camerounais. En effet, c’est tout le Cameroun qui connait des contre-performances à tous les niveaux. L’image du Cameroun s’est sérieusement détériorée à cause de la corruption généralisée, d’une dégradation sociale injustifiable, ou d’un défaut de leadership. Son classement entre 2002 et 2010 à l’indice de perception de la corruption de Transparency International est pitoyable. En 2015, le Cameroun est classé au 130e rang des 168 pays sur le même indice, avec un score inférieur à la moyenne africaine de 33. De même, l’indice Mo Ibrahim de la gouvernance africaine de 2016 montre un score de 45,7 (sur 100) pour la gouvernance globale et un rang de 38 (sur 54) avec une évolution négative (-0,1) depuis 2006, inférieure à la moyenne africaine.
Un vrai dialogue intellectuel sur les enjeux du fédéralisme au Cameroun peine à décoller tant les passions sont vives, d’où l’intérêt du projet d’ouvrage collectif. Le Fédéralisme est-il une solution durable au « problème anglophone » en particulier et au problème Camerounais en général ? Telle est la question au cœur de ce projet d’ouvrage qui s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire. Les sociologues, anthropologues, politologues, juristes, historiens, économistes etc. peuvent soumettre des contributions peu importe leur ligne argumentative par rapport à la question du fédéralisme au Cameroun. Ce qui compte c’est la force des arguments susceptible de provoquer un dialogue véritablement intellectuel. Il importe donc, autant que faire se peu, éviter un « argumentaire » fondé sur la passion et l’intolérance.
QUELQUES AXES DE REFLEXION POUR L’ORIENTATION DES CONTRIBUTIONS
Axe 1 : Enjeux historiques : aspects historiques de l’instauration et de l’abolition du fédéralisme au Cameroun ;
Axe 2 : Enjeux socioanthropologiques : aspects sociaux et culturels pour ou contre l’instauration d’un système fédéral au Cameroun ;
Axe 3 : Enjeux Politiques : explore les aspects relatifs à la forme de l’état fédéral et du nombre d’Etat pour une opérationnalisation optimale. Quel est le format qui convient le plus au Cameroun aujourd’hui ? Qu’est-ce que le Cameroun peut appendre des expériences de fédération des pays comme la Suisse, les USA, le Nigéria, la Canada, etc ? 
Axe 4 : Enjeux économiques : explore les aspects ou conséquences économiques (production et allocation des ressources) d’un retour au fédéralisme ; 
Axe 5 : Enjeux juridiques : explore les aspects juridiques d’un retour au fédéralisme au Cameroun avec une attention particulière pour les reformes juridiques qui s’imposent ;
Axe 6 : Perspectives unitaristes : Explore les raisons en faveur de l’état unitaire centralisé ou l’état unitaire décentralisé ? 
Axe 7 : Perspectives sécessionnistes : explore les raisons en faveur de la sécession 
Axe 8 : Perspectives internationalistes : explore les conséquences sous régionales ou continentales du retour du Cameroun à une forme fédérale.
PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU TEXTE
Les contributions peuvent être rédigées en français ou en anglais. Elles seront accompagnées d’un résumé (français) et d’un abstract (anglais) de 400 mots AU MAXIMUM respectivement. Les textes ne doivent avoir au moins 10 pages (15 à 25 000 caractères) pas excéder 20 pages (30 000 à 45 000 signe espaces compris au maximum) y compris la bibliographie et les annexes/tableaux. Le corps du texte (style normal) doit être présenté sous version Word, sous format Word doc, police Times New Roman, corps 12, interligne 1,5, marge 2,5. Il est préférable d’accepter les coupures de mots (deux consécutives).
CHRONOGRAMME
-1er au 30 Octobre 2017 : réception et évaluation des résumés + brefs CVs (demi-page) des potentiels contributeurs (300 à 400 mots, indiquant l’axe d’intervention) ;
-1er novembre 2017 au 28 février 2018 : rédaction et envoi des textes définitifs ; 
-1er mars au 31 mars 2018 : évaluation des manuscrits ;
-30 avril 2018 : date limite de réception des manuscrits révisés et édition de l’ouvrage.
CONTACTS
Les résumés seront envoyés à : Ludovic Lado (ll970@georgetown.edu ou ladoludo@yahoo.fr) et Mballa Elanga Edmond VII (elangaseven@yahoo.fr)

 

 

 

Posté par Mballa à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 juin 2017

OFFRE SPECIALE : BOURSE POUR UN « DIPLOME AMERICAIN »

1.   PRESENTATION DE L’INSTITUT SUPERIEUR DALE KIETZMAN

Créée par l’autorisation ministérielle N° 12 /0931/L/MINESUP/DDES/ESP/SER du 17 Août 2012, l’Institut Supérieur Dale Kietzman (ISDK) est une représentation de l’Université Américaine Dale Kietzman Academy (DKA), située  en Californie aux Etats-Unis. L’ISDK offre ses formations en système LMD regroupés en trois départements  que sont :

  • Développement International ;
  • Business management ;
  • Théologie.

Suite à une subvention reçue par l’université mère de Californie (voir page suivante), l’ISDK offre des formations de Licence professionnelle en - Banque et Fiance, - Transport et Logistique, - Gestion des Ressources Humaines, - Informatique et Réseaux, Management, - Sciences sanitaires et sociales, etc.

2.   COUTS DE LA FORMATION 

  • 410 000 frs (au lieu de 650 000 frs) : (payable en plusieurs tranches) ;
  • 500 000 frs : pour laphysiothérapie/Kinésithérapie(payable en plusieurs tranches)
  • 3.   CONDITIONS : Bac +2

 GRANT

  1. 4.   DATES
  • Date butoir de recevabilité des dossiers : 23 octobre 2017 ;
  • Début des cours : 30 octobre 2017 ;
  • Date de soutenance : 23 au 28 juillet 2017.
  1. 5.   CONTACTS

Institut Supérieur Dale Kietzman (Béedi, General Hospital, Douala/Opposite Evangelical Church

Président Dr. Talla André : andre.talla@isdk.com.cm/Auditeur Académique : Edmond VII Mballa Elanga : mballa.elanga.edmond@isdk.com.cm

Tel : 677 82 11 90 (appels, Whatsapp) ; 697 36 67 43 ; 243-650-88 ; 691-749-678

http://www.dkacademy.us/

http://www.isdk.com.cm/

v  Facebook : Institut Supérieur Dale Kietzman.

 

NB : 1. Seuls 100 (cent) étudiants bénéficieront des 100 bourses offertes par DKA. le reste, s’acquittera des frais de scolarité classiques. 2. Les cours se tiennent uniquement à partir de 18h. 3. Pour tous ceux qui sont intéressés contactez directement Mr Mballa Elanga pour réserver une place.   

Posté par Mballa à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2017

PROBLÉMATIQUE DU DÉVELOPPEMENT DU MONDE URBAIN

1. TEXTES (Textes législatifs et réglementaires. Loi n° 2004/018 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes)

2. D_centralisation (Le Processus de la Décentralisation au Cameroun. Outils sur le cadre juridique et la structure de pouvoir)

3. METHODOJuin2010 La méthodologie de l'image peut-elle être utile à la recherche en Sciences Sociales ?

4. http://urbainserre.blog.lemonde.fr/2013/06/08/les-premices-les-enquetes-sur-les-conditions-de-vie-en-ville-a-lepoque-de-lindustrialisation/

5. https://books.openedition.org/irdeditions/9639

 

Posté par Mballa à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2017

Rattrapage Sociologie urb+Rur et Sociologie des organisations

Partie A : Sociologie Urbaine

- La segregation urbaine.

- Vivre en ville : une "question" de moyen ou de volonté

- etc.

Partie B : Sociologie Rurale

- Les conditions de vie des paysans

- etc.

 

Sociologie des Organisations

- Qu'est ce que l'entreprise?

- L'Ecole des relations humaines.

- etc.

 

Posté par Mballa à 09:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 février 2017

Composition de 1er Semestre (Sociologie Urbaine +Sociologie Rurale)

NB: Il ne sagit là (ci-dessous) que de quelques orientations pour la préparation des examens. Elles sont non exhaustives.

  1. Definitions : Ville, Urbanisation, Urbanisme, Sociologie urbaine, Sociologie rurale, etc.
  2. Les enjeux de la sociologie rurale
  3. L'Ecole de Chicago
  4. Etalement urbain et transport interurbain
  5. Le monde rural et la vie paysanne.
  6. Retravaillez vos sujets de DST.

Posté par Mballa à 10:23 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Composition de 1er Semestre (Sociologie des Organisations)

NB: Il ne sagit là (ci-dessous) que de quelques orientations pour la préparation des examens. Elles sont non exhaustives.

  1. Retravailler les sujets du CC;
  2. Approfondir vos connaissances sur les notions de  Pouvoir, Autorité, Légitimité et Légalité. 
  3. Approfondir vos connaissances sur la Bureaucratie.
  4. ...le fonctionnement des organisations camerounaises...

Posté par Mballa à 10:11 - Commentaires [8] - Permalien [#]

05 janvier 2017

CV Actualisé

CV_Mballa_Elanga_Edmond_VII__3_

Posté par Mballa à 20:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 octobre 2016

SOC 203 : SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS LICENCE 2 - 2016-2017

REVISION POUR LE CC DU 22 12 2016

1. Le concept « Organisation », selonJean-Michel Saussois.

2. Le  concept « Entreprise » selon l’approche sociologique.

3. Les formes d'organisation du travail.

4. Formes d’organisation du travail et théories des organisations.  

 

COURS DU 15 16 2016

Cours_du_15_12_16

 

 

 

 

A lire (Satisfaction au travail) :

http://vmedulnx01.uqo.ca/gautja01/documents/Blais.pdf

 

PUBLICATION

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/764752/s/la-ville-en-afrique-noire-realites-d-aujourd-hui-the-city-in-black-africa-today-s-realities-sous-la-coordination-edmond-vii-mballa-elanga-rejac-avec-l-appui-de-l-apsa-africa-workshop-introduction-pr-camille-ekomo-engolo-responsable-du-laboratoire-de-socio/#.WCTcXbOvPu2

 

https://www.edilivre.com/frontwidget/preview/viewer/id/764752/

 

 

COURS DU 10/11/2016

http://webs.unice.fr/recemap/contenusiteinternet/Seminaires/Lyon_juin2005/CrozierparSaoud.pdf

 

COURS DU 31 10 2016

1. https://www.cfce.cm/choisir-sa-forme-juridique

2. http://unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/cafrad/unpan007831.pdf

3. http://www.blasinafrica.org/documents/LiberteAssociationCamerounLois1990_1999.pdf

4. http://www.camerounassociationsjeunes.cm/guide-info/telechargements/loi-ong.pdf

5. Les principes du service public

La finalité d'une administration publique est d'assurer le fonctionnement des « services d'intérêt général ». Ces derniers reposent sur les principes fondamentaux de continuité, d'égalité, d'équité et d'adaptabilité du service public.
La continuité : Un service public doit être rendu de manière régulière et ne pas s'interrompre si ce n'est pas prévu par la réglementation.
L'égalité : Tous les usagers se trouvant placés dans une situation identique doivent être régis selon les mêmes règles. Ainsi, tous les individus ont un droit égal d'accès au service, participent de manière égale aux charges financières résultant du service et doivent être traités de la même façon en tant qu'usagers du service.
L'équité : L'égalité ne peut exister qu'entre des situations comparables. Les organisations publiques doivent également être capables de s'adapter et tenir compte des situations particulières de certains citoyens. Ainsi, l'équité consiste à accorder des droits spécifiques à certains citoyens si leur situation est jugée désavantageuse. Ex. : des frais de scolarité reduits ou inexistants pour les handicapés.
L'adaptabilité : Le service public ne doit pas demeurer immobile face aux évolutions de la société ; il doit suivre les besoins des usagers ainsi que les évolutions techniques.

COURS DU 27 10 2016

PLAN DU COURS

Introduction générale

  1. Problématique générale du cours
  2. Objectifs du cours
  3. Les enjeux de la sociologie des organisations

Chapitre 1 : Les Différentes Types d’Organisation

Introduction

  1. Les entreprises
  2. Les organisations publiques
  3. Les associations, les ONG et les organisations internationales

Conclusion

Chapitre 2: Les Différentes Modes/Formes d’Organisation du travail

Introduction

  1. L’Organisation Scientifique du Travail (OST)
  2. L’Organisation Bureaucratique
  3. La satisfaction des travailleurs
  4. L'approche sociotechnique
  5. La restructuration et l'enrichissement des tâches
  6. L’organisation moderne : adaptation

Conclusion

Chapitre 3 : Les Ecoles de Pensée de l’Organisation du Travail

Introduction

  1. École classique
  2. École des relations humaines
  3. Courant mathématique
  4. École  néo-classique

Conclusion

Chapitre 4 : La Gestion du Pouvoir au sein des Organisations

Introduction

  1. Définition et évolution du concept de pouvoir
  2. L’exercice du pouvoir
  3. L’enjeu du pouvoir

Conclusion

Conclusion générale

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

-        Bagla L., « Introduction »,  Sociologie des organisations, Paris, La Découverte, «Repères», 2003, 128 pages

-        Goffman E., 1968, Asiles ed.  Minuit

-        Gruere(JP), Management des aspects humains...

-        Henri Fayol, 1916, l’administration  industrielle et générale...

-        Max weber et Michel Crozier  le phénomène bureaucratique...

-        Max Weber ; l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme...

-        Jean-Michel Saussois (dir.), Les organisations. Etat des savoirs, Paris, Éditions Sciences Humaines, coll. « Ouvrages de synthèse », 2012, 447 p., ISBN : 978-2-361-06017-6.

Posté par Mballa à 20:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]

21 octobre 2016

SOC 103 : SOCIOLOGIE URBAINE LICENCE 1 2016-2017

REVISIONS POUR LE CC. Il s'agira d'un contôle de connaissance. Celui-ci durera une quarantaine minutes. Des questions suivies de réponses.

  1. Definition des concepts : Ville et Sociologie Urbaine, Urbanisation.
  2. Courants principaux qui ont été à l'origine de la naissance de la sociologie urbaine
  3. Ville comme un « laboratoire social »
  4. Les types de processus ségrégatifs que vous connaissez.
  5. Urbanisation avec développement et Urbanisation sans développement.

NB : Télecharger et Imprimer la fiche suivante (rectro/verso), elle vous servira de feuille de composition : Feuille_de_composition

 

ECOLE DE CHICAGO

http://197.14.51.10:81/pmb/Que%20sais%20je/Sociologie/Lecole%20de%20Chicago%20-%20Coulon%20Alain.pdf

PUBLICATION

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/764752/s/la-ville-en-afrique-noire-realites-d-aujourd-hui-the-city-in-black-africa-today-s-realities-sous-la-coordination-edmond-vii-mballa-elanga-rejac-avec-l-appui-de-l-apsa-africa-workshop-introduction-pr-camille-ekomo-engolo-responsable-du-laboratoire-de-socio/#.WCTcXbOvPu2

https://www.edilivre.com/frontwidget/preview/viewer/id/764752/

 

COURS DU 10/11/2016

- http://urbainserre.blog.lemonde.fr/2013/06/08/les-premices-les-enquetes-sur-les-conditions-de-vie-en-ville-a-lepoque-de-lindustrialisation.

- Biographies des auteurs suivants : Emile Durkhieim, Georg Simel, Les auteurs de l'Ecole de Chigago.

COURS DU 05/11/2016

ARTICLE A LIRE : SVP, BIEN VOULOIR PHOTOCOPIER L'ARTICLE (Habitat urbain et pratiques de déguerpissement à Yaoundé : une sociologie des rapports de force entre acteurs institutionnels et déguerpis Yves B. DJOUDA FEUDJIO, Edmond VII MBALLA ELANGA.) SON VOLUME EST TROP IMPORTANT. JE N'AI DONC PAS PU LE METTRE EN LIGNE.

 

PARTIE A : SOCIOLOGIE URBAINE

PLAN DU COURS

Introduction général

1.  Problématique générale du cours

2.  Objectifs du cours

2.1.        Objectif général

2.2.        Objectifs spécifiques

Chapitre 1 : Définitions Opératoires et Questions Préliminaires

1.1.    Définitions opératoires

1.1.1.     Ville 

1.1.2.     Sociologie urbaine 

1.1.3.     Urbanisation

1.1.4.     Sub-urbanisation

1.1.5.     Co-urbanisation

1.1.6.     Mégapole

1.1.7.     Métapole

1.1.8.     Taux d’urbanisation

1.1.9.     Métropolisation  

1.1.10.   Urbanisme

1.2.    La sociologie urbaine : Objet, Méthodes et Système de concepts

1.1.3.     Objet (domaine de prédilection)

1.1.4.     Méthodes

1.2.3.    Système de concepts

 

Chapitre 2 : Naissance de la sociologie urbaine

2.1.    Enquêtes du XIXème siècle sur la condition ouvrière dans les villes

2.2.    Etude sur la morphologie sociale (E. Durkheim)

2.3.    Etude sur le rapport entre modernité et mutation urbaine (Georges Simmel)

2.4.    L'Ecole de Chicago et la naissance de la sociologie Urbaine

Chapitre 3: Quelques thèmes majeurs de la Sociologie Urbaine (Cameroun)

3.1.    Le secteur informel

3.2.    Le logement

3.3.    Le transport

3.4.    Le désordre urbain

Chapitre 4 : La ségrégation urbaine

4.1.    Définition

4.2.    Aspects de la ségrégation urbaine

4.3.    Processus ségrégatifs

4.4.    Manifestations de la ségrégation urbaine à Douala

Chapitre 5 : Douala : Approche socio-historique

5.1.    Une brève histoire de la ville de Douala

5.2.    Les populations (peuplement)

5.3.    La culture

5.4.    L’économie

Conclusion générale

LE COURS

Les étudiants bénéficieront d’une séance de cours hebdomadaire de 2h suivant l’Emploi de temps (et probablement des séances de rattrapage), soient une séance de sociologie Urbaine suivie d’une séance de sociologie Rurale et ainsi de suite. La présence au cours est indispensable, les explications de l’enseignant et les échanges entre étudiants, d’une part, et entre l’enseignant et les étudiants, d’autre part, constituant l’essentiel (au sens d’indispensable) du cours. Les étudiants sont par ailleurs invités à visiter continuellement le blog de l’enseignant : http://mballaelanga.canalblog.com Il y sera régulièrement publié des articles, des consignes, entre autres. Les étudiants sont aussi invités à entrer en contact avec l’enseignant sur cette plateforme, en cas nécessité (explications supplémentaires par exemple).

 

MODES EVALUATION  

-      Le travail personnel de l’étudiant (TPE) ;

-      Les travaux dirigés (TD) ;

-      Le devoir sur table (DST) ;

-      L’examen de fin de semestre (EX).

Les notes de TPE, de TD et de DST constituent la note des contrôles continus (CC). Pour la calculer : TPE+TD+ (DST x 2)/4. Elle représente 40% de la note finale et la note d’examen (60%.) Exemple : Jeanne a : TPE 12/20, TD 08/20, DST 11/20. Sa note de CC sera de : 12+08+ (11x2)/4 = 10,5 (40%-10,5x40/100) = 4,5. Imaginons que Jeanneobtienne 09/20 à l’examen. Sa note d’examen sera de : 09x60/100 = 5,4. Elle aura donc 4,5+5,4 = 9,9/20 (note finale).

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE[1]

-          ALTERNATIVES SUD, 2007,  Explosion urbaine et mondialisation, Centre Tricontinental.

-          BALANDIER, Georges, 1985, Sociologie des Brazzavilles noires, Paris, PFNSP. Cet auteur, à travers une analyse dualiste et dynamiste, montre à partir des Brazzavilles noires, l’ambiguïté de la ville africaine. Celle-ci est à la fois un lieu de conflits de modèles, de vulnérabilité des agencements et des équilibres sociaux.

-          BRUNEL, Sylvie, 2014, L'Afrique est-elle si bien partie ? Paris, Edition Sciences Humaines

-          CHALAS, Y., 2000, L’invention de la ville, Paris, Anthropos, 199p.

-          COQUERY-VIDROVITCH, C., 1993, Histoire des villes d´Afrique noire : Des origines à la colonisation,Paris, Albin Michel, 412p.

-          EKOMO ENGOLO camille et MBALLA ELANGA Edmond VII (cord.), La Ville en Afrique noire : réalités d’aujourd’hui, Actes de la première rencontre sous régionale du REJAC, du 26 au 28 mai 2015. Paris, Edlivre.

-          ELA Jean-Marc, 1983, La ville en Afrique noire, Paris, Karthala, 1983. L’auteur insiste sur l’historique, l’avènement de la ville en Afrique noire et surtout sur ce qu’il appelle la « villagisation » stratégique des villes.

-          ELA, Jean-Marc 1998, Innovations sociales et renaissance de l’Afrique noire. Les défis du « monde d’en bas », Paris, L’Harmattan, 422p.

-          ELA, Jean-Marc 1999, « Vers une économie politique des conflits au ras du sol ». IN Afrique et développement, CODESRIA, XXIV, 3 &4, 103-133.

-          ELA, Jean-Marc., 1994, Afrique. Irruption des pauvres. Société contre ingérence, pouvoir et argent, Paris, L’Harmattan, 266p.

-          ELLIS, S. & FAURE, Y-A (Eds), 1995, Entreprises et entrepreneurs africains, Paris, Karthala-Orstom, 624p.

-          GRAFMEYER, Yves, 1994, Sociologie urbaine, Paris, Nathan, coll. « 128 ».

-          KENGNE FODOUOP, 1991, Les petits métiers de rue et l’emploi. Le cas de Yaoundé, Yaoundé, Sopecam, 163p.

-          KENGNE FODOUOP, 1996, Le secteur informel, un antidote contre la crise en Afrique Sub-saharienne ? Revue de géographie du Cameroun, 2, p.p.1-13.

-          MAÏTE, C., 1996, « Sociologie et ethnologie urbaine » in Sociologues en ville, Paris, L’Harmattan, pp.85-89.

-          MBALLA ELANGA Edmond VII et DJOUDA FEUDJIO, Yves B.  2015, « Habitat urbain et pratiques de déguerpissement à Yaoundé : une sociologie des rapports de force entre acteurs institutionnels et déguerpis » in Revue hautes terres, Repenser l’habitat sous les tropiques. Le défi du logement entre crises identitaires, «modernité» et conflits territoriaux, n° 5, vol. 1-2, p.157-178.

-          MBALLA ELANGA Edmond VII et Idrissou MOUNPE CHARE « Croissance urbaine et transports publics en Afrique subsaharienne. Enjeux et défis dans les villes de Douala et Yaoundé au Cameroun » in La Ville en Afrique noire : réalités d’aujourd’hui, Actes de la première rencontre sous régionale du REJAC, du 26 au 28 mai 2015. Paris, Edlivre.

-          PINÇON, M., et PINÇON-CHARLOT, M., 2006, « L’espace urbain comme expression symbolique de l’espace social » in Sociologues en ville, Paris, l’Harmattan, pp. 155-160.

-          MICHELON Benjamin, 2016, Douala & Kigali. Villes modernes et citadins précaires en Afrique, Paris Karthala.

 

 
   

 Quelques_Consignes

 

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] Entaché d’anachronisme. Erreur qui consiste à ne pas situer un événement à sa date ou dans son époque; confusion  entre les époques différentes.



[1] Non exhaustive.

Posté par Mballa à 08:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 octobre 2016

Ce que Kim Kardashian nous apprend sur Emile Durkheim

http://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/ce-que-kim-kardashian-nous-apprend-sur-emile-durkheim#

Posté par Mballa à 20:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]